Du 16 au 27 juin

Ventes privées

logo idkids

de

-20%

à

-50%

Dès 2 articles achetés

grâce au programme fidélité*

Uniquement en magasin

*Voir conditions en magasins

Les compétences du nouveau-né

0
Les compétences du nouveau-né Les compétences du nouveau-né - Crédit : Fotolia
Si petits mais tellement fascinants… Les nouveau-nés sont dotés à la naissance de capacités exceptionnelles : ils savent d’instinct s’adapter, se préserver et communiquer avec les autres. Rien de moins ! La pédiatre Marie Thirion, auteure d’un livre "Les compétences du nouveau-né", nous détaille les grandes aptitudes des bébés.


Des compétences innées originales
Marie Thirion : "Les compétences d'un nouveau-né regroupent tous la physiologie et la psychologie que le bébé porte en lui au moment de la naissance et qui lui permet de s’adapter. La première des compétences, c’est la capacité du nouveau-né à créer des liens, à se faire aimer, à émouvoir les adultes. Tout chez lui est prévu pour que les adultes « tombent en amour », comme disent les Québécois ! Quand on est en salle de naissance, on se rend bien compte que le nouveau-né ouvre très rapidement les yeux et regarde intensément devant lui. Ils sont en fait très réveillés par les hormones libérées pendant l’accouchement, et les regards les passionnent. C’est en fixant quelqu’un qu’ils vont susciter l’amour."
"La deuxième compétence des bébés, c’est de pouvoir s’adapter à la vie aérienne. Etre dans l’air, respirer, lutter contre le froid et les infections, éliminer ses selles, épurer ses déchets, tout cela représente une transformation radicale par rapport à la vie intra-utérine."

 

Des facultés incroyables quand on y pense
Marie Thirion : " Et oui. En 4-5 mois, ils doublent leur poids de naissance. C’est quelque chose que les adultes seraient incapables de faire, quelque soit le « bourrage » alimentaire ! La taille évolue également très vite puisque les nouveau-nés prennent dix centimètres pendant les trois premiers mois de vie et vingt autres avant la fin de la deuxième année. A 4 ans, l’enfant a doublé sa taille de naissance. Cette vitesse de croissance explique la capacité des bébés à se réparer, à refermer leurs plaies. Un nouveau-né qui a une marque de forceps sur le crâne cicatrise en moins de deux jours !"

 

Des réflexes étonnants 
Marie Thirion : "A la naissance les bébés peuvent réaliser une série d’actions motrices très sophistiquées, mais involontaires, qui sont présentes à la naissance et qui vont disparaître progressivement."
"Le premier de ces réflexes, c’est celui d’agrippement : si on place les doigts au creux des mains d’un nouveau-né, il les serre tellement fort que si on le soulève un peu, il peut s’asseoir et même se balancer à bout de bras. Le réflexe dit de Moro est presque aussi spectaculaire : si on assied un bébé et qu’on le lâche d’un coup, il va tenter de se raccrocher à quelque chose, écartant les bras à la recherche d’un soutien."
"Le réflexe de la marche (il disparaitra vers la fin du 2e mois) ainsi que ceux de la recherche de nourriture – le bébé enfouit sa tête dans le corps de sa mère pour trouver le sein, est capable de centrer sa bouche sur ce qu’il veut sucer et de déglutir – font également partie de ces automatismes innés. Mais pour moi, ce ne sont pas réellement des compétences. Ils servent simplement de repère à un pédiatre pour vérifier que le circuit neurologique est en bon état."

 

Quel rôle les parents ont-ils à jouer pour accompagner le développement de ses compétences ?
Marie Thirion : "Ils ont tout à faire ! L’enfant est compétent, mais il est immature. Il faut savoir qu’un bébé qui est laissé seul dans la nature périe rapidement et qu’un nouveau-né qui n’est pas câliné peut développer des lacunes psychologiques conséquentes. Les adultes sont un soutien à l’évolution. Le problème, c’est qu’en vulgarisant les données, on a poussé les parents à en faire trop. Or, transgresser les rythmes normaux de développement, manipuler les nouveau-nés pour les amener à des acquisitions plus précoces peut être très dangereux. Il faut bien sûr que les adultes soient très présents, qu’ils créent un lien étroit avec l’enfant, mais il est essentiel également qu’ils lui réservent de longs moments où il n’est pas sollicité. La clé, c’est d’être à la fois disponible et paisible. Mais c’est le plus difficile…

 

Vous avez aimé ? Dites-le en commentaire !

 

Commentaires 0 Partager 0

autres sujets dans Bébé

Votre bébé a 3 mois : gazouillis et chatouillis
Par Graine de parents Votre bébé a 3 mois : gazouillis et chatouillis
Votre bébé a 9 mois : il gagne en assurance
Par Graine de parents Votre bébé a 9 mois : il gagne en assurance
Votre bébé a 6 mois : il s’intéresse à tout
Par Graine de parents Votre bébé a 6 mois : il s’intéresse à tout
Votre bébé a 5 mois : il découvre le monde
Par Graine de parents Votre bébé a 5 mois : il découvre le monde
Votre bébé a 4 mois : toucher et mordiller
Par Graine de parents Votre bébé a 4 mois : toucher et mordiller
Laissez votre commentaire