Apprentissage du langage : « tout se joue dans la relation avec les parents »

0 0
Apprentissage du langage : « tout se joue dans la relation avec les parents » Enfant entrain d'apprendre à lire
Il y a du miracle dans le processus d’apprentissage du langage par les bébés. Des premiers gazouillis aux mots compréhensibles – étape ô combien symbolique et chargée d’émotion pour les parents ! – l’enfant passe par différents stades pour devenir un petit être doué de parole. Détails et explications avec Mireille Brigaudiot, linguiste de l’acquisition.

 

Comment se fait l’apprentissage du langage ?
L’apprentissage du langage est un processus intellectuel complexe qui commence très tôt. Quand, à la maternité, juste après la naissance d’un enfant, un adulte (sa mère, son père, une personne proche) le prend dans ses bras, plonge son regard dans le sien et lui parle, celui-ci va tout de suite comprendre qu’il est dans un environnement qui lui veut du bien. Très naturellement, il va alors se mettre à suivre des yeux tout ce qu’on lui dit, tout ce qu’on lui renvoie. La bouche des adultes, les mouvements « bizarres » qui s’y produisent vont être une grande source de fascination pour lui !

Les 6 premiers mois, le bébé commencera par babiller (« beuh », « bah », « bouh »). Il faut l’encourager, lui répondre, l’imiter, pour qu’il continue à s’entraîner. L’apprentissage de la parole est en effet à la fois une affaire d’imitation et d’invention. Même si un enfant est programmé pour parler, le processus d’acquisition de la syntaxe et du rapport du monde se joue entièrement dans la relation affective avec les parents.

 

Entre 6 mois et un an, que se passe-t-il ?
Les adultes (et notamment les mamans) renvoient à l’enfant les formes canoniques de la langue, c’est-à-dire qu’ils interprètent le babil comme s’il était compréhensible. En entendant leur enfant dire « bah bah beuh », ils répondront : « Eh oui tu as faim ». Ou encore, après « ah ga va va », ils diront : « Oui, tu dis qu’on va aller au square. » Les parents ont l’extraordinaire faculté de mettre du sens dans ce que produit le tout petit. Et c’est de cette façon que celui-ci construit son langage.
 
 
Et ensuite ?
Quand l’enfant a entre 1 et 2 ans, les mamans font encore quelque chose de magnifique : elles renvoient les bonnes formes de langage et les enrichissent en même temps. Elles complètent les énoncés enfantins en les ramenant à des expériences. Par exemple : un avion passe dans le ciel, l’enfant réagit et la mère – qui sait que « vava » veut dire « avion » – dira : « Oui, il fait du bruit cet avion. Toi aussi tu as un avion, tu sais, on a joué avec au parc l’autre jour. » A chaque fois que la maman paraphrase, elle fait référence à du connu et cela permet au petit de raccrocher ensemble les morceaux de monde.

A partir de 2 ans, 2 ans et demi, le langage se rapproche de la langue canonique. Et quand tout va très bien, que la relation est paisible, sans traumatisme, c’est vers 4 ans que l’enfant parle un langage compréhensible. Mais si ce n’est pas le cas, pas d’inquiétude, ça va venir ! Je veux à tout prix tranquilliser les parents et les inciter à ne pas comparer les enfants entre eux.

 

Car, dites-vous, les enfants n’accèdent pas tous à l’oral de la même manière…
En effet. Certains y entrent par la musique de la langue, c’est-à-dire qu’ils vont très longtemps babiller, comme s’ils remplissaient les mélodies avec leurs propres mots. D’autres ne diront rien très longtemps, ne chantonneront pas et se mettront à parler presque du jour au lendemain ! Vous savez, nous avons des descriptions des processus d’acquisition qui remontent au XIVe siècle et le cheminement est toujours le même… L’enfant apprendra à parler progressivement, inutile d’être dans une course à la performance.

 

Quels sont les premiers mots que prononcent les petits ?
Ceux-ci se divisent en deux groupes : le premier rassemble tous les signifiants qui renvoient à des événements du monde. L’enfant mémorise des tableaux, des scènes : une porte qui claque, un chat qui miaule, une pile de cubes qui tombe, etc. et les premiers mots sont des marqueurs de ces événements : « badaboum », « encore », « et voilà », « au revoir ». Le second groupe, lui, fait référence à tout ce qui est stable dans son environnement : les adultes, le chat de la maison, etc. Entre un et deux ans, lorsqu’un enfant dit « papa » et « maman », cela renverra très souvent aux adultes en général (père, mère, grand frère, nounou).

 

Y a-t-il une façon particulière de s’adresser à son bébé pour l’aider à développer son langage ?
Bien sûr, mais les mères le font naturellement, à l’instinct ! Elles se calent toutes seules sur ce qu’on appelle le « fine tuning » : une intonation lente, plus marquée que lorsqu’on s’adresse à des adultes (sans pour autant être un parlé « bébé »), des énoncés courts et redondants, qui vont s’adapter à mesure que l’enfant grandit. Ceci un invariant de l’acquisition. Il est également très important de s’étonner de tout ce que sait faire l’enfant, le féliciter pour ce qu’il réalise (« bravo, tu as attrapé ton pied ! »)

Il y a aussi un jeu – le « caché… le voilà ! » – qui permet au petit entre 1 et 2 ans de faire de grands progrès. Pour les cognitivistes, ce jeu construit la permanence des objets et, pour les psychanalystes, la permanence des sujets. Une fois dans leur chaise haute, les enfants recréent en quelque sorte ce jeu en jetant les objets pour qu'on leur redonne : ils se construisent et ce serait dommage de les gronder pour cela…

 

Propos recueillis par Natacha Czerwinski.

Par Mireille Brigaudiot, Linguiste de l’acquisition

 

Vous avez aimé ? Dites-le en commentaire !

 

Commentaires 0 Partager 0

autres sujets dans Bébé

Age par âge, de combien d'heures de sommeil un bébé a-t-il besoin ?
Par M-J Challamel, Pédiatre Age par âge, de combien d'heures de sommeil un bébé a-t-il besoin ?
Combien de temps peut-on garder un biberon préparé ?
Par l'Agence Nationale de SEcurité Sanitaire (ANSES) Combien de temps peut-on garder un biberon préparé ?
Faut-il laisser pleurer un bébé ?
Par V. Gerduyn, Infirmière puéricultrice Faut-il laisser pleurer un bébé ?
Allaitement : combien de temps dure une tétée ?
Par E. Colin, Sage-femme Allaitement : combien de temps dure une tétée ?
L’alimentation de la femme allaitante
Par M. Thirion, Pédiatre L’alimentation de la femme allaitante

à lire aussi

Par E. Simonetti, Educatrice jeunes enfants
Comment les mots viennent aux bébés...
Comment les mots viennent aux bébés...
Par Cédric M., Papa
Je parle donc je suis : comment parler à nos bébés ?
Je parle donc je suis : comment parler à nos bébés ?
Par C.Vallet, Directrice école primaire
Jongler avec les mots : un jeu d’enfant !
Jongler avec les mots : un jeu d’enfant !
Par Armelle T.C., Maman de 5 enfants
« Et si on jouait au jeu des mots ? »
« Et si on jouait au jeu des mots ? »
Par Bubblemag
Accompagner un enfant dans l'apprentissage du langage
Accompagner un enfant dans l'apprentissage du langage
Laissez votre commentaire