logo idkids

-10% SUPPLÉMENTAIRES
sur les articles soldés Okaïdi et Obaïbi dès l'achat de 2 articles soldés, du 19 au 23 juillet*

J'en profite

Comment apprendre à ses enfants à manger de tout ?

3
Comment apprendre à ses enfants à manger de tout ? Comment apprendre à ses enfants à manger de tout ? - Crédit : Fotolia
On le sait, les enfants sont plus frites et pizza qu’asperges et choux-fleurs. Pourtant, apprendre à varier les saveurs et à apprécier des goûts inédits, c’est essentiel, surtout chez les plus jeunes. Nathalie Politzer, directrice de l’Institut du Goût, nous donne quelques conseils pour créer de la diversité dans les assiettes. 

 
Pourquoi est-ce si important d’apprendre à varier les goûts ?
S’essayer aux différentes saveurs, c’est d’abord une façon de profiter de toute une palette de sensations : sucré, salé, amer, pétillant… C’est une richesse d’avoir accès à toutes ces perceptions ! Ensuite, avoir une alimentation diversifiée, c’est fondamental pour l’équilibre général et le bon développement de l’individu.
Il faut savoir que le goût est une notion complexe. Elle tient compte à la fois de la perception des saveurs, des arômes et des sensations recueillies par le nerf trijumeau (qui transmet les stimulations comme le ‘piquant’, le ‘brûlant’, l’‘astringent’,…) mais aussi du vécu et des souvenirs de chacun. La perception du goût dépend autant de l’aliment que de la personne qui déguste.

 
Y a-t-il un âge pour apprendre à apprécier les saveurs ?
Quand l’enfant a entre 1 et 2 ans, il faut l’encourager à découvrir un large éventail de goûts car ensuite apparaît ce que l’on appelle la ‘néophobie alimentaire’, c’est-à-dire la crainte des aliments nouveaux.
Cette étape est normale, elle fait partie du développement de l’enfant. Mais plus celui-ci aura eu accès à une grande variété alimentaire avant l’âge de 2 ans, moins il sera ‘néophobe’... Vers 7-8 ans, cette crainte s’estompe. Toutefois, on sait que d’une manière générale, les enfants vont plus facilement vers les aliments sucrés, denses en énergie ou ceux qu’ils connaissent déjà et délaissent les produits forts en goût ou peu nourrissants, comme les légumes.

Comment faire pour inciter son enfant à manger de tout ?
La première chose, c’est de créer un contexte de consommation chaleureux, un climat affectif agréable, afin que l’enfant associe un goût avec un souvenir plaisant. Si le repas est un moment où on parle de sujets qui fâchent, ou bien si tout le monde mange dans son coin, ce n’est pas propice à l’apprentissage. L’enfant fonctionne beaucoup par imitation : manger avec lui lui permet ainsi de se prêter plus facilement à l’exercice.
Il est important également d’éveiller la curiosité des plus jeunes en les familiarisant avec les aliments : l’emmener faire des courses et l’encourager à regarder, à sentir, à toucher, c’est déjà une bonne chose. Faire cuisiner les enfants est aussi un levier très efficace. Enfin, des études ont montré que l’exposition répétée à un aliment fait que son appréciation augmente. Il ne faut donc pas hésiter à proposer à un enfant plusieurs fois le même plat.

Faut-il obliger l’enfant à goûter, ne serait-ce qu’« un petit peu » ?
Je pense que forcer un enfant à mettre dans sa bouche quelque chose qu’il rejette, c’est presque lui faire violence. D’autant plus qu’associer un aliment à une contrainte, voire à une humiliation, cela peut créer un rejet durable du produit en question. Il est préférable d’éveiller la sensorialité en proposant à l’enfant de participer aux activités culinaires et en verbalisant ses sensations.

L’école tient-elle un rôle dans l’apprentissage du goût ?
L’éducation sensorielle est pour le moment assez confidentielle. Il n’y a rien d’obligatoire dans les programmes. C’est aux enseignants, s’ils ont envie, d’organiser leur projet et d’animer des ‘classes du goût’ – nous leur proposons d’ailleurs des formations dans ce sens. Dans une ambiance ludique, les enfants sont ainsi incités à déguster des aliments, verbaliser les sensations et mettre en commun leurs impressions. Cela peut être très efficace car, grâce à la dynamique de groupe, ils se rendent compte qu’en matière de goût, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse, seulement des perceptions différentes.

 

 
Vous avez aimé ? Dites-le en commentaire !

 

Commentaires 3 Partager 0

autres sujets dans Enfant

Se retrouver en famille autour d'une table : pourquoi est-ce important ?
Par Graine de parents Se retrouver en famille autour d'une table : pourquoi est-ce important ?
Leur apprendre à cuisiner pour leur apprendre à manger de tout
Par L. Annaert, Auteur de "Libérons l'assiette de nos enfants" Leur apprendre à cuisiner pour leur apprendre à manger de tout
Il ne veut manger que des pâtes ! C’est grave ?
Par Lise V., Maman de 3 enfants Il ne veut manger que des pâtes ! C’est grave ?
Comment mettre en place un atelier cuisine à la maison ?
Par Graine de parents Comment mettre en place un atelier cuisine à la maison ?
Manger sain en famille : L’ « alimentation positive »
Par Graine de parents Manger sain en famille : L’ « alimentation positive »

Top 5 articles

Alimentation des enfants : comment leur faire manger de tout ?
Par Graine de parents
Alimentation des enfants : comment leur faire manger de tout ?
Leur apprendre à cuisiner pour leur apprendre à manger de tout
Par L. Annaert, Auteur de "Libérons l'assiette de nos enfants"
Leur apprendre à cuisiner pour leur apprendre à manger de tout
Laissez votre commentaire

3 Commentaires
02/03/2017 11:14
Mon mari et moi vous remercions pour votre article. Nous avons beaucoup de soucis avec notre grand garçon de 5 ans qui ne veut rien manger d'autre que des pâtes. Notre fille a 5 mois et nous allons bientôt commencer la diversification. Je suis heureuse de savoir que ce n'est pas une fatalité. J'espère que grâce à vos conseils et astuces pour faire manger de tout aux enfants, ma fille développera davantage sa curiosité gustative. Nous allons travailler le côté plaisir dans la nourriture et dans l'ambiance qui enveloppe les moments de repas.
06/03/2017 17:16
Merci pour vos astuces pour inviter un enfant à manger de tout. C'est à la fois logique et très intéressant de vous lire. Je n'avais jamais pensé à inscrire la nourriture dans un souvenir plaisant pour que le plaisir soit associé au goût. De même, je n'avais jamais bien compris pour quelle raison il ne fallait pas forcer un enfant à goûter à un aliment. Pour moi, il était logique que si l'enfant ne goûtait pas, il ne pourrait pas aimer. Du coup, si ma fille refuse, je l'oblige à goûter et l'autorise à laisser si elle n'aime pas. Je vais donc changer mon approche. Merci beaucoup !
15/03/2017 10:01
Votre article sur l'apprentissage de la nourriture variée m'a beaucoup intéressée. Je me sens très proche de vos valeurs et j'aime votre manière de présenter les choses. Le plaisir, la décontraction, la curiosité... font partie intégrante de la façon qu'on a de se nourrir. Certaines personnes ne mangent presque rien parce qu'elles n'ont pas appris à aimer et à goûter. J'ajouterais que la préparation de repas avec l'enfant participe encore davantage à la découverte. Cela crée une véritable complicité avec la nourriture : il y a le jeu avec l'aliment cru, le plaisir tactile...