close cross cancel bubble smiley
 
Prévisualiser le site au
Conserver pendant ma navigation

Id Navigation

Leur apprendre à cuisiner pour leur apprendre à manger de tout

0 0
Leur apprendre à cuisiner pour leur apprendre à manger de tout
Petite fille entrain d'apprendre à cuisiner
Apprendre à cuisiner, c’est bien… il faut aussi apprendre à manger de tout, y compris des légumes ! Laura Annaert-Hebey anime des ateliers pratiques pour enfants, à partir de 6/7 ans, avec Cuisine Fraich'Attitude, dont la devise est : « Pour apprendre à cuisiner les fruits et les légumes frais ».

 

Quel est l’objectif de vos ateliers cuisine avec les enfants ?
Avec les petits participants, nous préparons un repas complet : une entrée, un plat, un dessert et une boisson.

Le challenge, c’est de travailler essentiellement avec des fruits et des légumes. Or ce sont justement les deux familles alimentaires les plus difficiles à faire accepter aux enfants et les plus bénéfiques pour la santé.

Il faut faire un travail là-dessus, tout en restant ludique. J’essaye de déranger leurs habitudes, en proposant des associations inédites, un sorbet à l’avocat ou une pizza à la banane par exemple, toujours avec un aspect nutritionnel et santé.

Le fond de la question, c’est de les faire mieux manger, manger bon, sain, amical et convivial !

 

Quel genre de plats préparez-vous avec et pour ces jeunes gourmets ?
J’élabore mes recettes, à partir de fruits et légumes de saison, avec du cru et du cuit. On parle beaucoup du goût en ce moment, mais le côté digestion est aussi important. Je prépare des salades, des purées… des mélanges sucré-salé, comme une petite salade râpée de carottes, pommes et céleri-rave.

A l’automne, j’aime beaucoup leur faire faire des potages de courges, avec des petites courges dont on peut creuser la chair pour servir la soupe dedans.

Avec les céréales, un taboulé d’épeautre par exemple, une céréale très dense pleine d’énergie, de fibres et de minéraux. C’est très bon pour la santé, et ça remplit bien l’estomac, une bonne solution pour éviter les grignotages.

 

Comment se déroulent vos ateliers ?
On commence par regarder les produits, on les touche, toucher c’est important : il y a des enfants qui n’ont pas vu de poissons entiers depuis longtemps !

Puis quand les enfants sont en cuisine, je fais le tour avec une soucoupe pour que chacun goûte.

J’essaye qu’il y ait du travail pour tous les enfants, en fonction de leur âge. Chacun doit avoir fait quelque chose, appris des trucs : les plus petits (6/7 ans) au poste des fines herbes avec de petits ciseaux, les 8/9 ans vont pouvoir émincer, hacher…

Je confie le chaud, ou ce qui peut  présenter un danger, à un garçon de 11 ans, qui sera le « chef du chaud », et surveillera les cuissons avec moi. On forme une équipe.

Puis en fin d’atelier, chacun prépare son assiette, avec des emportes-pièces par exemple, et des herbes hachées pour parsemer… toujours une petite touche finale pour que l’enfant s’approprie ce qu’il va manger.

Le dernier sens qui intervient avant la dégustation c’est la vue, c’est ça qui doit déclencher l’envie !

 

Avez-vous une technique, des trucs pour faire manger des légumes aux enfants ?
Le principal, c’est de participer, et en cuisine, de goûter.

J’essaye d’abord de trouver les mots adaptés à l’âge de l’enfant et à ses capacités. Puis avec mes recettes, le challenge est de lui « vendre » quelque chose qu’a priori il n’aime pas, en l’enrobant dans un côté ludique, avec une préparation un peu originale.

Je suis mieux placée que les parents puisque je suis quelqu’un de nouveau et d’extérieur et en général on s’amuse bien. Je les «piège » un peu. En début d’atelier, quand je demande « qui n’aime pas la tomate ?», la moitié des enfants lève la main. Mais à la fin, après avoir préparé ensemble un carpaccio de tomates et de fraises avec une réduction de balsamique, après l’avoir goûté, ils sont fiers de dire à leur mère « maman j’aime les tomates ! ». Pour moi c’est ça de gagné.

 

Quel retour avez-vous des enfants ?
Formidable… la fameuse phrase « c’est moi qui l’ai fait ! ». Je les ai amenés, par un travail collectif, à réaliser quelque chose qu’ils croyaient hors d’atteinte. Et la plus grande récompense, c’est de leur faire accepter un fruit ou un légume qu’ils rejetaient jusque-là.

 

Auteur de "Tout se mange avant six ans" Ed. Minerva

Propos recueillis par Colombine Denis.

Par Laura Annaert, Auteur de "Libérons l'assiette de nos enfants" et animatrice d’ateliers cuisine pour enfants

 

Vous avez aimé ? Dites-le en commentaire !

 

Laissez votre commentaire

autres sujets dans Enfant

Dis moi : Doit-on obliger l'enfant à finir son assiette ?
Par Ensemble pour l'éducation Dis moi : Doit-on obliger l'enfant à finir son assiette ?
Mon enfant est allergique, quelles règles de sécurité à l'heure du repas ?
Par Graine de parents Mon enfant est allergique, quelles règles de sécurité à l'heure du repas ?
Comment faire manger des légumes aux enfants
Par Graine de parents Comment faire manger des légumes aux enfants
Les repas, ça s'anticipe !
Par Graine de parents Les repas, ça s'anticipe !
Mieux manger en famille : comment déchiffrer les étiquettes des aliments ?
Par Graine de parents Mieux manger en famille : comment déchiffrer les étiquettes des aliments ?
Prévisualiser le site au
Conserver pendant ma navigation

Id Navigation