Pour aider nos enfants à bien manger, « libérons l’assiette de nos enfants ! »

0 0
Pour aider nos enfants à bien manger, « libérons l’assiette de nos enfants ! » Enfant qui ne veut pas manger de légumes
 
Il ne veut pas manger ? Il boude les légumes mais se goinfre de bonbons, Ketchup et Nutella sont ses aliments préférés ? Votre enfant n’a pas une alimentation qu’on pourrait appeler saine et diversifiée et les repas tournent au cauchemar ?  Stop ! Avec Laurence Haurat, on libère l’assiette de nos enfants, on dédramatise la situation pour que la table ne soit plus source de conflits et d’angoisse, mais le lieu du partage d’une alimentation gourmande… Précisions.
 

 

Pouvez-vous nous expliquer le titre de votre livre Libérons l’assiette de nos enfants !  ?
Nous avions une volonté de manifeste, de slogan. Les parents sont ligotés par beaucoup de consignes et d’informations et subissent un diktat médical et hygiéniste par rapport à l’alimentation. Le rapport à l’alimentation est très médicalisé et orienté sur le poids. A notre époque, on mange pour être en bonne santé et il faut se libérer de ça. Nous voulions un livre astucieux, qui propose des trucs pour se dégager du temps pour prendre du plaisir alimentaire, prendre du plaisir à table et du plaisir à transmettre. L’alimentation des enfants a plusieurs facettes : c’est à la fois nourrir le corps, il y a aussi un côté social : je mange, j’échange, je transmets et aussi une notion individuelle de plaisir car je prends du plaisir à offrir à manger à mon enfant, à le voir se nourrir et à manger avec lui. Enfin, nous avions envie de dire aux parents qu’ils pouvaient se libérer du diktat des enfants qui voudraient imposer pâtes, riz ou patates à longueur de repas : on n'est pas obligé de dire oui tout le temps.

 

Comment agir face à un enfant qui ne mange que des pâtes, des bonbons et du ketchup ?
Nutritionnellement parlant, ce n’est pas génial. Il va avoir l’énergie qu’il lui faut mais il va lui manquer des nutriments, des oligo-éléments, etc. Si l’on mange de tout, c’est parce que tout nous apporte quelque chose. Mais on ne mange pas que pour se nourrir. Le parent a un rôle d’éducateur et face à un enfant qui se nourrit de la sorte, il peut utiliser toute la gamme des actions dont on use dans l’éducation classique : il  négocie, il enseigne, il se fâche… Si on propose à manger à un enfant et qu’il n’en veut pas, il y a plusieurs cas de figure. Première possibilité, il ne connaît pas ce qu’on lui propose. Dans ce cas, on lui demande de goûter pour qu’il découvre. On peut admettre qu’un enfant n’ait pas les mêmes goûts que nous et goûter est déjà une performance. On lui explique qu’il a le droit de ne pas aimer et on s’arrête là. Mais même s’il n’aime pas, il faut lui en reproposer plus tard pour qu’il s’habitue au goût de l’aliment. On ne bannit pas un aliment pour toujours. Deuxième cas de figure, si on lui propose des tomates et du poulet et que d’habitude il apprécie ce plat, il veut peut-être simplement embêter ses parents. Là, il se joue autre chose. On lui dit clairement : « tu n’en veux pas donc tu n’auras rien d’autre en remplacement, le repas continue ». L’enfant cherche les limites, il faut les poser.

 

Faut-il forcer un enfant qui ne veut pas manger ?
On ne force pas un enfant. On négocie, on lui indique qu’il y a des règles et qu’on attend qu’il respecte ces règles. Il faut aussi se dire que l’enfant sait ce qui est assez pour lui. Pourquoi quand il ne veut pas terminer son assiette on lui dit « encore une cuillère » ou « encore trois cuillères » de manière arbitraire ? La question du « il ne faut pas gâcher » n’est pas un enjeu pour l’enfant. Notre livre a pour but de donner des pistes de réflexion aux parents sur leur rôle d’éducateur alimentaire pour qu’ils décident en connaissant les règles.

 

Quelles sont les vertus du repas en famille ?
On prend les repas en famille dès que c’est possible en terme d’organisation car ce n’est pas facile avec les tout petits. On préconise d’user de ces moments-là pour en faire autre chose qu’un moment nutritionnel. Le repas est aussi un moment de rassasiement émotionnel. Si vous racontez à votre enfant que le plat qu’il mange, c’est le plat que vous cuisinait votre grand-mère à la campagne où vous jouiez avec les poules, il va se nourrir des émotions que vous lui faites passer. Il y a de l’amour donné. Le simple fait de raconter sa journée et d’échanger ses émotions du jour rassasie. Un enfant seul devant son assiette va se remplir avec de la nourriture et rechercher le doux en bouche. Le repas en famille est le moment idéal pour lui faire découvrir les aliments. L’enfant voit les autres manger, ça lui donne envie de les imiter. On l’aide à explorer ses sensations en lui expliquant ce qu’il va ressentir en essayant telle ou telle chose. La transmission alimentaire est très importante, ce n’est pas seulement un domaine cognitif. Cela se ressent plus que cela ne s’apprend, l’enfant doit savoir mettre des mots sur ses découvertes alimentaires pour dire si ça pique, ça colle, c’est acide, c’est sucré, etc. Le parent, plus que n’importe qui est là pour l’assister.

 

Propos recueillis par Marjoliemaman.

Par Laurence Haurat Psychologue-nutritionniste, chroniqueuse aux Maternelles

 
Qu'en pensez-vous ? Dites-le en commentaire !
 
Commentaires 0 Partager 0

autres sujets dans Enfant

Aidez votre enfant à avoir confiance en lui !
Par G.George, Pédopsychiatre Aidez votre enfant à avoir confiance en lui !
Relations parents/grands-parents : trouver le bon équilibre
Par Graine de Curieux Relations parents/grands-parents : trouver le bon équilibre
Apprendre à faire du vélo à un enfant : mode d'emploi
Par J. Sick, Formateur vélo Apprendre à faire du vélo à un enfant : mode d'emploi
Quel est le rôle des grands-parents d’aujourd’hui ?
Par M. Vaillant, Psychologue Quel est le rôle des grands-parents d’aujourd’hui ?
Les jeux vidéo sont-ils dangereux ?
Par M. Stora, Psychologue et psychanalyste Les jeux vidéo sont-ils dangereux ?

à lire aussi

Par Graine de Curieux
En route pour la diversification alimentaire !
En route pour la diversification alimentaire !
Par M.A. Le Bars, Diététicienne
La diversification alimentaire : 7 mois
La diversification alimentaire : 7 mois
Par Graine de Curieux
Bien démarrer la diversification alimentaire
Bien démarrer la diversification alimentaire
Par J-P Girardet, chef de service nutrition pédiatrique
Les étapes de la diversification alimentaire
Les étapes de la diversification alimentaire
Par M.A. Le Bars, Diététicienne
Diversification alimentaire : 6 mois
Diversification alimentaire : 6 mois

Top 5 articles

Se retrouver en famille autour d'une table : pourquoi est-ce important ?
Par D.A. Cassuto, Médecin nutritionniste
Se retrouver en famille autour d'une table : pourquoi est-ce important ?
Alimentation des enfants : comment leur faire manger de tout ?
Par L. Annaert, Auteur de "Libérons l'assiette de nos enfants"
Alimentation des enfants : comment leur faire manger de tout ?
Comment apprendre à ses enfants à manger de tout ?
Par N. Politzer, Directrice de l’Institut du Goût
Comment apprendre à ses enfants à manger de tout ?
Leur apprendre à cuisiner pour leur apprendre à manger de tout
Par L. Annaert, Auteur de "Libérons l'assiette de nos enfants"
Leur apprendre à cuisiner pour leur apprendre à manger de tout
Comment mettre en place un atelier cuisine à la maison ?
Par L. Billières, maman de 2 garçons
Comment mettre en place un atelier cuisine à la maison ?
Laissez votre commentaire