scan
 

Journée de la procrastination : Le droit de l'enfant à la paresse !

Journée de la procrastination : Le droit de l'enfant à la paresse !
Journée de la procrastination : Le droit de l'enfant à la paresse ! - Crédit : gpointstudio/fotolia
Mon enfant est passif et semble s’ennuyer souvent… Qu’est-ce que cela veut dire ? Pour Pierre Bastien, psychologue scolaire, “On peut rarement dire qu'un enfant ne fait rien”. Et si nous, parents, nous nous interrogions sur les attentes que nous avons envers nos enfants...

Ne rien faire… Qu’est-ce que cela signifie exactement ?
Pierre Bastien, psychologue scolaire : “Ne rien faire ? On peut rarement dire qu'un enfant ne fait rien, en revanche, on peut souvent dire qu'il ne fait pas ce que les adultes souhaitent qu'il fasse. Le fait que des adultes (enseignants ou parents) souhaitent avoir une action sur des enfants est légitime. Soit nous voulons apporter un savoir à ces enfants, soit faire émerger chez eux le meilleur d’eux-mêmes.
Derrière ces idées, n'y aurait-il pas un sentiment de toute puissance de l'adulte et la représentation d'un enfant qui ne serait "rien" sans lui ? Le droit à la paresse serait alors le droit de s'opposer à l'adulte !”

Peut-on quand même penser que notre enfant est paresseux ?
Pierre Bastien : “Tout d’abord, l'adulte doit se poser des questions sur les goûts et les capacités de l'enfant. Mais également des questions sur le niveau de ses exigences et leurs enjeux. Peut-on dire qu'un enfant dyslexique est paresseux s'il rechigne à ouvrir un livre ? Peut-on dire qu'un enfant dysgraphique est paresseux s'il refuse d'écrire ? Peut-on dire qu'un enfant est paresseux si, après l'école, on lui impose une, voire deux heures, de devoirs ? Il faut bien garder à l'esprit que la paresse n'est rien d'autre qu'un regard méprisant porté sur un enfant qu'on se dispense de connaître, par un adulte qui se dispense de se connaître lui-même.”


Quelle différence entre paresse et ennui ?
Pierre Bastien :  “L'ennui renvoie à une autre situation. Celle d'une personne, adulte ou enfant, qui ne trouve pas dans son environnement habituel des moyens d'investissement de son énergie vitale. Or, l'ennui n'est souvent que ce petit moment de flou, ce moment intermédiaire entre une activité habituelle et une activité qu'on s'invente seul ou en groupe. L'ennui ressemble à cette angoisse de la feuille blanche, ce moment, certes désagréable mais qui porte en lui tout un potentiel créatif.”

Et l’immobilisme, lui, doit-il nous inquiéter ?
Pierre Bastien : “L'immobilisme, enfin, renvoie à une attitude de l'enfant clairement problématique, quand il s'agit d'un comportement habituel et constant. Je pense par exemple aux dépressions, qui peuvent faire suite à du harcèlement scolaire, ou aux troubles des capacités relationnelles ; en cas d’autisme par exemple.”



Qu’en pensez-vous ? Estimez-vous qu’un enfant a droit à la paresse, à l’ennui? Dites-le en commentaire !

 

autres sujets dans Enfant

Comment la crèche favorise l'autonomie
Comment la crèche favorise l'autonomie
Comment éviter que votre enfant ne tombe du lit ?
Comment éviter que votre enfant ne tombe du lit ?
L'affiche des routines du matin
L'affiche des routines du matin
A quel âge est-il capable de faire seul ?
A quel âge est-il capable de faire seul ?
L’affiche des routines du soir
L’affiche des routines du soir
L’argent de poche : pour ou contre ?
L’argent de poche : pour ou contre ?
Prévisualiser le site au
Conserver pendant ma navigation

Id Navigation

;