scan
Retrouvez tous nos produits sur Okaidi.fr et sur Oxybul.com
 

Chine : de l’enfant unique à la fratrie ?

Chine : de  l’enfant  unique  à  la  fratrie  ?
Chine : de l’enfant unique à la fratrie ?/ Photo by Abigail Keenan on Unsplash
Ils ont un peu moins de 30 ans, viennent de se marier et accueilleront bientôt leur premier enfant. Un schéma très classique, si ce n'est ce mot : « premier », qui pour eux est une véritable révolution, car les Chinois ont désormais le droit d'élever des fratries ! La fin de la politique de l'enfant unique bouscule les codes, les envies, et attise les appréhensions de ces nouveaux parents qui, pour une très grande majorité, ont eux-mêmes été élevés seuls.


De la régulation des naissances...
Pour  éviter la surpopulation, la Chine met en place, de 1979 à 2015, la politique de l'enfant unique. 
Un contrôle des naissances draconien : le régime force parfois les avortements et les stérilisations. En 2013, le ministère de la Santé chinois avance le nombre de 336 millions d’avortements pratiqués depuis le début des années 70, assorti de 196 millions de stérilisations. Il en résulte une baisse drastique des naissances dans les années 80 et un gros décalage numéraire entre les hommes et les femmes : les familles chinoises préfèrent avoir un garçon plutôt qu’une fille, car cette dernière, au jour de son mariage, perd toute obligation envers ses parents, et notamment celle de subvenir à leurs besoins... 

... À la fratrie
En 2015, la Chine assouplit sa politique et permet officiellement aux familles d’avoir deux enfants. Aujourd’hui, il est question de mesures sociales incitatives à l’accroissement des naissances.

Une évolution compliquée
La vie est chère en Chine (notamment les logements), et particulièrement dans les grandes villes. Pas simple donc de loger plus d’un enfant, d’autant que « la plupart des Chinois vivent à 3 générations sous le même toit ! », explique Ruoxi Zhang. La jeune femme, de retour à Shanghai après des études aux États-Unis, vient de se marier et commence à songer à la maternité. Comme en Europe, les jeunes parents doivent aussi faire face au manque de temps : « traditionnellement, ce sont les grands-parents qui s’occupent des petits-enfants, mais les choses changent et la 3e génération n’est plus aussi volontaire. Mes parents, par exemple, ont l’intention de voyager et de profiter de leur retraite. Or trouver une bonne nourrice est difficile et coûteux, cela ne facilite pas les choses... ». Par ailleurs, cela pourrait bien mettre des bâtons dans les roues des jeunes femmes sur le marché de l’emploi. Les employeurs, qui jusqu’à présent pouvaient s’attendre à une seule grossesse par employée, sont désormais plus méfiants quand il s’agit d’embaucher de futures mères de fratries. Une enquête réalisée par le site de recherche d’emploi 51job.com a ainsi révélé que 75 % des entreprises étaient plus réticentes à embaucher des femmes après l’entrée en vigueur de la politique des deux enfants. Enfin, la culture de l’excellence impose beaucoup de pression aux jeunes parents, ajoute Ruoxi : « L’éducation et les activités extrascolaires sont incontournables dans l’éducation chinoise. La population étant si nombreuse, nous devons saisir toutes les opportunités de nous distinguer et d’être compétitifs. Tous les parents veulent offrir le meilleur à leurs enfants et le meilleur coûte extrêmement cher. »

Un nouveau modèle
« J’aurais aimé avoir un frère ou une sœur et j’aimerais offrir cette chance à mes enfants », avoue Ruoxi.
« Ils apprendraient à partager, à se rapprocher plus que des cousins et à s'entraider, en particulier face aux difficultés de la vie. C’est en tout cas ce que m’ont raconté mes parents » – une génération élevée avec des frères et sœurs, entre 3 et 5 généralement. « Ils nous assurent que c’est très bénéfique pour les enfants d’avoir une fratrie », alors que « longtemps, l’État nous a venté le modèle de la famille triangulaire. L’idée d’avoir plusieurs enfants ne va donc pas de soi. »C’est pourquoi les lieux dédiés à l’aide à la parentalité se multiplient chaque année en Chine. « L'industrie mère-enfant dans son ensemble est en train d'émerger. Les parents sont très désireux de trouver des experts et des connaissances professionnelles », explique Ruoxi. Et avec cette émergence, de nouvelles questions se posent aux parents : comment accorder du temps à chaque enfant ? Comment valoriser les talents de chacun ? Comment concilier fratrie et travail ?... Des questions bien communes pour le reste du monde et auxquelles il leur faudra immanquablement répondre dans les années à venir.

À suivre...

autres sujets dans Enfant

Les traditions du Nouvel An chinois
Les traditions du Nouvel An chinois
Le Nouvel An chinois : la légende
Le Nouvel An chinois : la légende
Nouvel An chinois : comment le fêter avec mes enfants ?
Nouvel An chinois : comment le fêter avec mes enfants ?
Comment développer l'empathie chez l'enfant ?
Comment développer l'empathie chez l'enfant ?
La meilleure école du monde !
La meilleure école du monde !
Le Nouvel An chinois vu par une famille française en Chine
Le Nouvel An chinois vu par une famille française en Chine
Prévisualiser le site au
Conserver pendant ma navigation

Id Navigation

Store : Language :
;