LES JOURS OXYBUL, JUSQU'À -30%* SUR DES CENTAINES DE PRODUITS

> J'en profite

Faut-il glisser des devoirs de vacances dans la valise des enfants ?

0
Faut-il glisser des devoirs de vacances dans la valise des enfants ? Enfants entrain de faire des Faut-il glisser des devoirs de vacances dans la valise des enfants ? - Crédit : Fotolia
C’est une des interrogations rituelles de l’été chez les parents : faut-il glisser des devoirs de vacances dans la valise des enfants, entre le maillot de bain et la crème solaire ? Christine Brunet, psychologue et psychothérapeute pour enfants et adultes, nous donne son opinion sur les cahiers et devoirs de vacances.

 

Pourquoi les parents sont-ils tentés de proposer des devoirs de vacances ?

Christine Brunet, psychologue et psychothérapeute :  "Parcequ’ils ont le désir de bien faire. Ils peuvent d’ailleurs y être poussés par les établissements scolaires ou y recourir par tradition. Et puis certains enfants aiment faire des devoirs de vacances –  même si ce sont généralement ceux qui en ont le moins besoin !
Je pense qu’avant toute chose il faut placer ce choix dans son contexte et voir si c’est nécessaire : l’enfant a-t-il des difficultés de niveau, change-t-il d’établissement scolaire, a-t-il besoin de consolider certains acquis comme la grammaire ? Généralement les cahiers de vacances sont bien faits et plutôt ludiques. Mais il est important de préserver le temps de libération que sont les vacances, et notamment les 15 premiers jours, qui, à mon avis, doivent être exempts de devoirs. L’été est un moment où on relâche la pression, où on change de rythme, où on se lève plus tard. C’est essentiel parce que les enfants sont souvent épuisés par leur année et par la chaleur."

Comment organiser au mieux le temps consacré à cette activité ?

Christine Brunet, psychologue et psychothérapeute :  "Je pense qu’il convient de ne pas être trop rigide ni de l’imposer aux enfants. On n’est pas obligé de s’y consacrer quotidiennement ni d’y accorder le même temps tous les jours. Les parents doivent veiller à ce que leur fils ou leur fille ne se sente pas sous contrôle ni dans la soumission : si l’enfant le prend comme un pensum, ça génère de la colère. Par exemple, si un pique-nique est prévu, il est important de pouvoir dire : « on fera les exercices demain ». Pour ce qui est du timing, travailler après le petit déjeuner me semble bien, si toutefois les parents ne sont pas trop pris."

Les parents ne doivent pas se prendre pour des professeurs, comment aborder au mieux le cahier de vacances ?

Christine Brunet, psychologue et psychothérapeute :  "Il est essentiel de se mettre à la portée des plus jeunes en utilisant des gommettes, du coloriage, etc. Si on arrive à trouver un équilibre entre les exigences et une forme de souplesse, l’enfant le prendra bien et il sera même content d’arriver au niveau, de s’améliorer.
Je recommande toutefois de laisser la dernière semaine des vacances d’été libre. Cela permettra à l’enfant de se préparer en douceur à la rentrée. C’est l’occasion de répondre à ses questions, d’expliquer qu’il aura un nouvel enseignant, de dire que l’année sera différente, etc..."

Trouvez-vous utile que les enfants aient un stimulant intellectuel pendant l’été ?

Christine Brunet, psychologue et psychothérapeute :  " Il est vrai que deux mois, c’est long. Les circuits de mémorisation ont besoin d’être activés et l’esprit de curiosité alimenté. Mais on peut le faire de plusieurs manières différentes. Pour des enfants qui ont des problèmes de lecture ou d’orthographe, on peut leur faire lire un panneau ou une carte de restaurant, leur faire écrire le nom de la ville où ils séjournent, etc. Je conseille souvent aux parents de proposer aux enfants de créer leur propre « cahier de famille ». Les plus jeunes sont très contents qu’on leur parle des oncles, des tantes, des cousins, des voyages ou des études que les uns ou les autres ont faits. Cela donne une impression moins scolaire qu’un cahier de vacances. Il y a également beaucoup de situation – une promenade, un jeu, une recette de cuisine, un séjour en colonies – qui peuvent donner lieu à un apprentissage. Les vacances n’ont pas vocation à être un vide relationnel et intellectuel. Mais il faut éviter le piège de la sur-stimulation. Tout comme celui du désintérêt."

  

 
Qu'en pensez-vous ? Dites-le en commentaire !
Commentaires 0 Partager 0

autres sujets dans Enfant

Ecoles Montessori, Freinet, Steiner… : l’école autrement
Par Graine de parents Ecoles Montessori, Freinet, Steiner… : l’école autrement
Pendant les vacances, comment les faire réviser ?
Par Graine de parents Pendant les vacances, comment les faire réviser ?
L’école Montessori : un exemple de pédagogie alternative
Par Graine de parents L’école Montessori : un exemple de pédagogie alternative
A l’école, comment donner confiance à nos petits élèves ?
Par Graine de parents A l’école, comment donner confiance à nos petits élèves ?
Comment bien préparer la rentrée de son enfant ?
Par Graine de parents Comment bien préparer la rentrée de son enfant ?

Top 5 articles

Changer l’école, une idée folle ?
Par Graine de parents
Changer l’école, une idée folle ?
Laissez votre commentaire