Les essentiels pour la rentrée de bébé : jusqu'à -30%
Jusqu'au 3 septembre 2017

J'en profite

Quel est le rôle des grands-parents d’aujourd’hui ?

0
Quel est le rôle des grands-parents d’aujourd’hui ? Quel est le rôle des grands-parents d’aujourd’hui ? - Crédit : Fotolia

Qu’ils soient pantouflards ou hyperactifs, experts en confiture maison ou plutôt adeptes de bons petits restaurants, les papys et mamies du XXIe siècle occupent souvent une place de choix dans la vie de leurs petits-enfants. Mais quel doit être exactement le rôle des grands-parents ? Réponses avec la psychologue Maryse Vaillant.

En quoi les grands-parents d’aujourd’hui sont-ils différents de ceux des générations précédentes ?
Les grands-parents sont beaucoup plus variés, moins stéréotypés. Ils peuvent aussi bien avoir 50 ou 70 ans, ce qui signifie que certains d’entre eux sont actifs professionnellement, socialement (et sexuellement !) et que d’autres sont à la retraite et ont une vie plus calme. Sans compter qu’il y a les urbains, ceux qui vivent à la campagne et ceux qui ont choisi de déménager plus près de la mer. Les grands-parents des villes et ceux des champs ont des styles très différents !

Il y a aussi ceux qui ne sont pas enchantés d’être propulsés grands-parents…
On ne choisit pas d’être grand-mère et bon nombre de femmes ne sont pas pressées de rejoindre le camp des mamies. Elles avaient peut-être souffert d’être la fille de leurs parents, la femme de leur mari ou la mère de leurs enfants, et elles aspiraient à n’être qu’elles-mêmes le temps d’un bel automne doré… Personnellement, ma fille a eu ses enfants vers 40 ans, j’ai donc eu la chance de bénéficier d’un moratoire avant d’être assignée à mon rôle de grand-mère. Pour autant, aujourd’hui, je suis ravie d’être une mamie, cela fait partie de mon identité.

 
 
 
 
 
 
 

Quel est le rôle des grands-parents ?
Ils sont là pour parler d’une autre époque, pour faire surgir du passé une autre façon de vivre et d’aimer. Nos prédécesseurs ont construit une grande partie de ce que nous sommes aujourd’hui et il est important que les enfants sachent ce qu’il faut sauver pour que demain ne ressemble pas à hier.
Les grands-parents offrent également à leurs petits-enfants du temps et de la tendresse. Nous sommes plus lents, plus disponibles. Quand je suis avec mes petits-enfants, je ne fais que cela ! Je m’assois par terre avec eux, je joue avec eux, etc. Quand ma fille s’assoit par terre, elle se relève presque immédiatement car elle a mille choses à faire.
Et puis, dans notre monde où on manque de places en crèche, les solidarités familiales comptent beaucoup et les grands-parents sont souvent réquisitionnés pour garder les petits. Quelques-uns vont jusqu’à déménager pour se rapprocher de leurs enfants et assurer ainsi une présence familiale qui fait tant défaut aux citadins.

Vous dites aussi que les grands-parents insufflent un peu « d’humour » dans les relations…
Oui, car les parents veulent être pris au sérieux et n’ont pas toujours la distance nécessaire pour plaisanter. Ils ont la tête près du guidon et ont peur du lendemain. Nous, nous avons davantage de recul, nous savons par exemple qu’un enfant qui se retrouve un peu en difficulté à l’école pourra quand même faire une carrière magnifique !

Faut-il discuter avec ses enfants de l’éducation des petits ?
Surtout pas ! Les grands-parents doivent apprendre à se taire, à ne surtout pas dire « je te l’avais bien dit ». Les enfants ont besoin de faire l’apprentissage de la maternité et de la paternité tout seuls et si on ne veut pas se bouffer le nez avec eux, le respect est nécessaire. Les mamies doivent tenir leur place affective sans trop déborder. Le rôle d’une grand-mère est toujours second, voire secondaire. Et la moindre des décences, en tant que grands-parents, c’est de tenir compte des codes éducatifs fixés par les parents.

Et comment se comporter avec les autres grands-parents, ceux du « camp adverse », comme vous les appelez ?
C’est dur… Se dire qu’on partage un enfant avec des inconnus, c’est une sacrée gymnastique intellectuelle ! Il faut bien évidemment prendre en considération le clivage culturel, les habitudes éducatives et affectives des autres. Il y a forcément des querelles, de la compétition. Encore une fois, je pense que la tolérance et le silence sont les meilleures des attitudes.


Qu'en pensez-vous ? Dites-le en commentaire !

Commentaires 0 Partager 0

autres sujets dans Enfant

Quel est le rôle des grands-parents d’aujourd’hui ?
Par Graine de parents Quel est le rôle des grands-parents d’aujourd’hui ?
Relations parents/grands-parents : trouver le bon équilibre
Par Graine de parents Relations parents/grands-parents : trouver le bon équilibre
La place dans la fratrie a-t-elle une influence sur l’enfant ?
Par Graine de parents La place dans la fratrie a-t-elle une influence sur l’enfant ?
Comment aider l'aîné à accepter la venue d'un deuxième enfant ?
Par Graine de parents Comment aider l'aîné à accepter la venue d'un deuxième enfant ?
Les grands-parents ont une écoute différente des parents
Par Graine de parents Les grands-parents ont une écoute différente des parents

à lire aussi

Par Graine de parents
Relations parents/grands-parents : trouver le bon équilibre
Relations parents/grands-parents : trouver le bon équilibre
Par Graine de parents
Les grands-parents ont une écoute différente des parents
Les grands-parents ont une écoute différente des parents
Laissez votre commentaire