Rivalités entre frères et sœurs : comment les limiter ?

0 0
Rivalités entre frères et sœurs : comment les limiter ? Rivalités entre frères et sœurs : comment les limiter ? - Crédit : Andrew Blue/Fotolia
De cris en chamailleries, de bagarres en disputes, le quotidien d’une fratrie est rarement un long fleuve tranquille… Mais pas de quoi s’affoler ! Si les relations frères-sœurs peuvent être explosives, elles n’en sont pas moins tendres. Explications et conseils avec Catherine Jousselme, professeur de pédopsychiatrie à l’université de Paris-Sud.

Les jalousies et rivalités entre frères et sœurs sont-elles inévitables ?

Oui, et elles sont saines ! Nous sommes dans une société qui essaie d’abolir toute forme de conflit, qui dit aux parents : « Si vous emmenez votre petit à l’échographie ou que vous lui demandez de choisir le prénom de votre deuxième enfant, tout se passera bien. » C’est faux. La rivalité dans la fratrie est normale et constructive : elle permet au petit de s’apercevoir qu’il n’est pas seul au monde. C’est le début de son intégration dans les réseaux sociaux qui deviendront son quotidien.
Comment les parents peuvent-ils préparer au mieux l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur ?
Certes, on ne demande pas son avis ou son autorisation à un enfant, mais on peut l’associer à la grossesse. Toutefois, il faut respecter l’intimité du corps maternel : certains enfants peuvent être très angoissés face à une échographie, en imaginant un être vivant dans le ventre de leur mère… C’est pourquoi il faut savoir doser l’implication des enfants suivant leur caractère et leur sensibilité. Par contre, inciter le petit à mettre la main sur le ventre, parler du futur bébé, imaginer où il va dormir, où il sera gardé, tout cela peut se faire très naturellement.

Quand le bébé arrive, je pense qu’il faut également le présenter à son grand frère ou à sa grande sœur. Mais pas en 8e position, après le passage des grands-parents, des oncles, des tantes ou des cousins ! Après le papa, vient le tour de l’enfant : ce geste symbolique fort est une reconnaissance de sa place dans la famille.

Croyez-vous à un écart d’âge « idéal » entre deux enfants ?
Non. Chacun a ses avantages et ses inconvénients. Si les âges sont proches, ils auront sans doute des conflits communs et une collusion d’intérêt. S’il y a une grande différence entre eux, les enjeux de rivalité ne seront simplement pas les mêmes. Le bon écart, c’est celui où les parents ont envie de faire un autre enfant ! 

Comment se comporter face aux bagarres et disputes entre frères et sœurs ?
Déjà, je conseille de ne pas s’affoler, de ne pas se dire : « C’est horrible, mes enfants ne vont plus jamais s’aimer. » Il arrive que les parents réagissent comme cela car cette situation les renvoie à leurs propres histoires, ce qui n’est jamais facile…

Ensuite, c’est une question de limites à poser : on ne s’insulte pas, on ne se tape pas dessus, on se règle pas un conflit à coups de poing. A mon avis, les parents doivent également abandonner l’idée d’impartialité : on ne peut pas donner exactement la même chose à chaque enfant. La différenciation, ne serait-ce qu’en fonction de l’âge, est une bonne chose. Sans doute le plus petit aura-t-il du mal à accepter qu’il doit aller se coucher plus tôt et qu’il ne peut pas participer aux mêmes activités que son grand frère. Mais cette frustration lui donnera envie de grandir. Et puis, aménager des temps seul avec chaque enfant permet d’individualiser les relations et d’apaiser les conflits.

 

Y a-t-il des erreurs à éviter en tant que parents ?
Je pense qu’il est malvenu d’essayer de formater sa famille suivant l’image qu’on s’en fait. Il faut laisser son enfant faire ses choix, tâtonner, sans l’inciter à suivre les traces de son aîné. Ceci est particulièrement vrai pour les activités extrascolaires. Si le petit dernier veut faire de la batterie, ne lui répondez pas : « Non, chez nous, on fait du piano. » Je sais qu’il est toujours pratique, économiquement parlant, que les équipements achetés pour le grand servent également pour le deuxième, mais faire en sorte que tout le monde ait la même personnalité n’est pas une bonne idée.

De la même manière, il est fréquent que le cadet hérite des vêtements de ses grands frères. Cela peut être très pesant pour lui, surtout que les plus grands ne se gênent souvent pas pour lui rappeler que le pyjama qu’il porte a eu une vie antérieure ! Je conseille donc aux parents d’acheter des choses (mêmes petites) spécifiquement pour le petit dernier.

 

Comment inciter ses enfants à être complices ?
On ne peut pas créer une complicité. Celle-ci dépend de l’ambiance dans la famille et des affinités dans la fratrie. La complicité est comme l’amour, elle ne se commande pas. Si, en général, on aime ses frères et sœurs, on n’est pas forcément proches d’eux. Par exemple, si l’un des enfants est en échec scolaire et l’autre brillant, il y aura une distance entre eux… Et ce n’est pas grave !

Par contre, quand une haine destructrice s’instaure entre enfants, que l’un des deux s’emploie à écraser ou humilier l’autre, il y a de quoi s’inquiéter. Cela est souvent lié à un événement dans la fratrie ou dans la famille, comme une maladie ou un accident. Si l’un des enfants a l’impression que l’autre prend toute la place, il peut très mal le vivre. Dans ces cas-là, il peut être utile de consulter pour dénouer la situation.

 

Propos recueillis par Natacha Czerwinski.

Qu'en pensez-vous ? Dites-le en commentaire !

Commentaires 0 Partager 0

autres sujets dans Enfant

Aidez votre enfant à avoir confiance en lui !
Par G.George, Pédopsychiatre Aidez votre enfant à avoir confiance en lui !
Relations parents/grands-parents : trouver le bon équilibre
Par Graine de Curieux Relations parents/grands-parents : trouver le bon équilibre
Apprendre à faire du vélo à un enfant : mode d'emploi
Par J. Sick, Formateur vélo Apprendre à faire du vélo à un enfant : mode d'emploi
Quel est le rôle des grands-parents d’aujourd’hui ?
Par M. Vaillant, Psychologue Quel est le rôle des grands-parents d’aujourd’hui ?
Les jeux vidéo sont-ils dangereux ?
Par M. Stora, Psychologue et psychanalyste Les jeux vidéo sont-ils dangereux ?

à lire aussi

Par F. Peille, Psychologue clinicienne
La place dans la fratrie a-t-elle une influence sur l’enfant ?
La place dans la fratrie a-t-elle une influence sur l’enfant ?
Par Bubblemag
Rédigez ensemble les règles de la famille
Rédigez ensemble les règles de la famille
Par J.Laugier, Coordinatrice jeunesse en Bibliothèque
Comment aider l'aîné à accepter la venue d'un deuxième enfant ?
Comment aider l'aîné à accepter la venue d'un deuxième enfant ?
Par A. Attaiech, Maman de 2 enfants
Le deuxième arrive, comment occuper l'aîné ?
Le deuxième arrive, comment occuper l'aîné ?
Par Bubblemag
Comment résoudre les conflits en famille ?
Comment résoudre les conflits en famille ?

Top 5 articles

Relations parents/grands-parents : trouver le bon équilibre
Par Graine de Curieux
Relations parents/grands-parents : trouver le bon équilibre
Quel est le rôle des grands-parents d’aujourd’hui ?
Par M. Vaillant, Psychologue
Quel est le rôle des grands-parents d’aujourd’hui ?
Les grands-parents ont une écoute différente des parents
Par A. Léguillette, Animatrice d’un groupe de parole
Les grands-parents ont une écoute différente des parents
Les pères en question
Par C. Sellenet, Sociologue et psychologue
Les pères en question
Qui sont les grands-parents d’aujourd’hui ?
Par Graine de Curieux
Qui sont les grands-parents d’aujourd’hui ?
Laissez votre commentaire