LES JOURS OXYBUL, JUSQU'À -30%* SUR DES CENTAINES DE PRODUITS

> J'en profite

Les jeux d’adresse ou comment s’amuser depuis l’Antiquité

0
Les jeux d’adresse ou comment s’amuser depuis l’Antiquité Les jeux d’adresse ou comment s’amuser depuis l’Antiquité - Crédit: studioessen/Fotolia
Malgré l'invasion des consoles de jeux vidéo dans les chambres de nos enfants, il existe des jeux d’adresse demandant patience et doigté. Magali Botlan, assistante de conversation du musée du jouet de Moirans-en-Montagne (39), nous parle de cette tradition.


Quelle définition donner aux jeux d’adresse ?
C’est un jeu qui consiste à placer un objet à un endroit précis. On peut le projeter soit en l’air comme avec une balle, soit sur un plan comme les jeux de quille, de billes ou de boules. C’est la forme de l’objet qui va ensuite varier. Le jeu le plus courant est le lancer d’objet dans l’espace, soit à un adversaire pour qu’il le rattrape, soit en visant un but. 
Mais la plupart se jouent à l’intérieur. On peut dire que tous les sports sont dérivés des jeux d’adresse car nombreux sont ceux transposables en version miniature comme le ping pong (ou tennis de table) par exemple.

Depuis quelle époque les jeux d’adresse existent-ils ?
L’origine exacte des jeux d’adresse n’a pas été déterminée. Presque tous les jeux actuels ont une filiation et une évolution dans leurs formes qui remonte à l’Antiquité, et qui ont traversé le Moyen Âge et la Renaissance. On a des traces de la toupie sur des vases grecs. On y jouait aussi à Rome, avec une forme de toupie particulière qui s’appelle le toton. Il existait aussi le sabot, que l’on a beaucoup pratiqué dans l’Antiquité et ce, jusqu’au Moyen Âge. C’est une toupie qu’on lance au moyen d’un fouet. Le but est d’entretenir le mouvement rotatif avec la lanière du fouet.
On a retrouvé des traces du yoyo sur un vase grec, où un jeune garçon s’amuse avec. Celui-ci n’a pas tellement perduré mais il est réapparut en France à l’époque de la Révolution, sous le nom d’émigrette ou jeu de l’émigrant. On l’a appelé ainsi car il était très pratiqué par la noblesse réfugiée à l’étranger à cause de la Révolution. Il a pris le nom de yoyo vers les années 1930. 


Ces jeux étaient-ils destinés aux plus jeunes au départ ?
Non, ils ne leur étaient pas destinés. Toute une catégorie de jeux de boules ou des jeux de quilles s’est développée à partir du Moyen Âge. Mais les quilles utilisées par les enfants se sont miniaturisées à partir de l’époque de Louis XIII, au XVIe siècle. Lui-même s’est vu offrir un petit jeu de quilles. Mais la plupart des jeux d’adresse sont pratiqués en société par les adultes à la cour des rois pendant toute la Renaissance.


Existe-t-il des « stars » du jeu d’adresse, encore pratiqués aujourd’hui ?
Les billes
sont le jeu atemporel qui se joue dans les cours de récréation depuis des générations. Le jeu de balle est le plus universel car il est joué à toutes les époques et par toutes les civilisations. Dans la mythologie, les jeux de balle rituels étaient liés à la création d’un lien, d’un trait d’union entre le ciel et la terre. Elle était aussi lancée en l’air pour faire tomber la pluie. Charles Béart, historien des jeux, a répertorié un seul peuple qui ne jouerait pas à la balle : une population de la famille des Peuls, au nord Cameroun.
Le mikado quant à lui est issu d’un jeu très ancien : le jeu des jonchets, qui était très pratiqué chez Rabelais. Le nom vient de sa façon de jouer : lorsqu’on sépare la masse de jonchets (petits bâtons), ceux-ci viennent couvrir (joncher) la surface du sol ou de la table sur laquelle on joue. Il en existe au musée un spécimen du XVIIIe siècle en nacre et en ivoire, fabriqué à Dieppe. Ce jeu a une particularité : il est destiné à jouer sur le sable car les petits bâtons (7 à 8 cm) viennent se ficher dans le sable.
La toupie fascine toujours du fait de son mouvement particulier. On la retrouve absolument partout (de la Turquie à l’Indonésie en passant par le Japon et la Belgique). Il en existe de très spécifiques comme la toupie « cascadeuse ». Très bombée, elle est entraînée par le mouvement et se retourne pour finir sa course sur sa petite queue. D’autres s’appellent les toupies « ronflantes ». Elles sont creuses et ont un petit trou dans la coque. Quand la toupie se met en mouvement, l’air s’engouffre dedans et elle se met à siffler ou à vrombir.

Vous avez aimé ? Dites-le en commentaire !

Commentaires 0 Partager 0

autres sujets dans Enfant

Comment jouer avec son enfant et y prendre plaisir !
Par Graine de parents Comment jouer avec son enfant et y prendre plaisir !
Jouer avec des enfants d'âges différents ? Rien de plus simple !
Par Graine de parents Jouer avec des enfants d'âges différents ? Rien de plus simple !
Apprendre par le jeu, c’est possible ?
Par Graine de parents Apprendre par le jeu, c’est possible ?
Comment jouer tout en apprenant ?
Par Graine de parents Comment jouer tout en apprenant ?
Jeux : Ballon + eau = 6 jeux pour se bidonner !
Par Bubble Mag Jeux : Ballon + eau = 6 jeux pour se bidonner !
Laissez votre commentaire