close cross cancel bubble smiley
 

La plage : espace d’apprentissage pour l’enfant

La plage : espace d’apprentissage pour l’enfant
La plage : espace d’apprentissage pour l’enfant - Crédit : nadezhda1906/Fotolia
Qui n’a pas dans un coin de sa tête des souvenirs de sable mouillé et de pâtés, de râteaux et de châteaux ? Les premières vacances à la plage sont l’occasion pour les enfants de s’amuser tout en découvrant de nouvelles sensations. Chantal de Truchis, psychologue de la petite enfance, nous explique pourquoi toutes ces expériences servent le développement des plus jeunes.

En quoi la plage est-elle un espace d’apprentissage pour l’enfant ?
C’est un champ de découvertes extraordinaires ! On y appréhende son corps et ses capacités, on y expérimente toutes sortes de sensations – le solide, le liquide, le doux, le chaud, le mouillé. Les enfants aiment manipuler et le sable, qui est très malléable, se prête parfaitement aux expérimentations : on peut creuser des trous, y cacher sa poupée et la retrouver, laisser filer les grains entre ses doigts, faire des boules. A la plage, on rit, on pleure parfois aussi, on gère sa frustration. Tout cela est très enrichissant. Sans compter qu’entre les odeurs, les couleurs, les jeux de lumière et les histoires que les parents peuvent raconter ou inventer, cet espace porte également une dimension poétique forte.

Et il y a les fameux châteaux de sable…
C’est en effet une grande aventure qui induit du projet, de l’effort, du collectif. C’est également une activité qui permet à l’enfant de construire quelque chose qui n’est pas dangereux suivant son niveau et ses capacités. Il peut s’y mettre à partir de 18 mois ou 2 ans et au fil du temps, ses constructions se révèleront de plus en plus élaborées – routes, portes, fenêtres, village. Personnellement j’ai des souvenirs de châteaux que nous construisions et défendions à la marée montante, c’était passionnant !

Comment les parents peuvent-ils guider ces expériences ?
Concrètement, il faut bien sûr que l’enfant soit en sécurité, protégé des risques liés au soleil et au vent. On peut l’installer sur un drap de bain et disposer des jouets autour pour l'inciter à entrer en contact avec le sable. Mais surtout, il faut y aller doucement, accompagner l’enfant sans devancer ses besoins, sinon on risque d’étouffer son dynamisme et son inventivité. Les parents sont en vacances quand ils prennent le temps de regarder leur enfant. Inutile de faire soi-même quantité de châteaux de sable ! L’enfant doit être acteur de ses activités et de son développement. De la même manière, je conseille de ne pas multiplier les jouets. Un seau, une pelle, un moule, c’est suffisant : l’enfant a besoin de pousser à bout les idées qui lui viennent, sans s’éparpiller. Si, dans un deuxième temps, les parents se rendent compte qu’il aimerait bien avoir autre chose à côté de son pâté, ils peuvent bien sûr lui proposer de nouveaux objets.

C’est aussi l’occasion pour les adultes de faire passer certains messages éducatifs…
Oui, tout ce qui touche au respect de l’autre. Si son enfant envoie du sable à la figure de son petit camarade, c’est l’occasion de lui dire : « Et toi, qu’est-ce que ça te fait de recevoir du sable ? Ce n’est pas agréable ? Eh bien pour lui non plus. » Je pense que les vacances à la plage permettent également de faire comprendre à l’enfant qu’il ne fait pas tout ce qu’il veut quand il veut, que les parents ne sont pas là pour satisfaire ses caprices, que Maman a besoin de se reposer mais qu’elle jouera avec lui après. Il découvre ainsi que le monde n’est pas à sa disposition, qu’il rentre dans un univers qui existe déjà sans lui.

Qu’en est-il de l’expérience de la mer ?
On peut y goûter même quand on ne sait pas se tenir debout : marcher à quatre pattes dans le sable mouillé, c’est fascinant ! Les parents peuvent s’asseoir dans l’eau avec leur enfant et accompagner ses avancées progressives : mettre la main dans l’eau, observer les vagues, etc. Certains ne veulent pas, il ne faut pas insister. Quel est l’intérêt de forcer un enfant à aller dans la mer ? Aucun. Parents, soyez intuitifs. Si la mer lui fait trop peur, ce sera pour l’année prochaine ! Et s’il ne va à l’eau qu’à deux ou trois ans, ce n’est pas pour ça qu’il ne sera pas un excellent nageur !

 
Et chez vous, ça se passe comment ?
Laissez votre commentaire

autres sujets dans Enfant

Voguer en bateau
Par Bubble Mag Voguer en bateau
Voyager en pénichette
Par Bubble Mag Voyager en pénichette
Idées de vacances nomades
Par Bubble Mag Idées de vacances nomades
Bouger en rando
Par Bubble Mag Bouger en rando
Départ imminent en vacances sans tes parents, tu te sens comment : Heureux, zen, un peu stressé
Par Bubble Mag Départ imminent en vacances sans tes parents, tu te sens comment : Heureux, zen, un peu stressé
Prévisualiser le site au
Conserver pendant ma navigation

Id Navigation