close cross cancel bubble smiley
 

J’ai eu recours à l’aide médicale à la procréation

J’ai eu recours à l’aide médicale à la procréation
J’ai eu recours à l’aide médicale à la procréation - Crédit : javiindy/Adobe

J’ai eu recours à l’aide médicale à la procréation, une maman nous dit tout. On décrit souvent la PMA (procréation médicalement assistée) ou AMP (aide médicale à la procréation) comme un parcours du combattant. Mon expérience me fait dire que la comparaison est loin d’être exagérée. Heureusement c’est un parcours que l’on fait à deux. C’est même la condition essentielle pour se lancer. Il faut se sentir prêts tous les deux à franchir tous les obstacles. Céline M. Maman de Jules et Max nous raconte.




Obstacle n°1 : les examens
Après avoir été orientés vers un médecin spécialiste de la fertilité, celui-ci vous fera passer à votre compagnon et vous des examens médicaux plus ou moins douloureux (la fameuse hystérosalpingographie ne fait pas aussi mal qu’on peut parfois le lire) et plus ou moins intrusifs.
=> A mon avis, le plus important quand on commence une démarche de PMA/AMP est de bien choisir son médecin, il faut avoir une totale confiance en lui. J’ai eu la chance de trouver un médecin admirable non seulement par ses compétences mais surtout par sa bienveillance et sa capacité à rendre tout ce parcours le plus humain possible. Cependant, le plus pénible pour moi a été de supporter l’intrusion de ces examens dans ma vie de femme et d’épouse. Pour traverser cette phase difficile, je me suis concentrée sur l’objectif qui était de connaître l’origine de nos difficultés.


Obstacle n°2 : les traitements pour doper la fertilité
Une fois les examens effectués et l’origine de l’infertilité identifiée, les traitements commencent en vue de doper la fertilité pour maximiser les chances de réussite d’une insémination ou d’une fiv (fécondation in vitro). Les traitements sont parfois difficiles à supporter car ils provoquent des nausées, une très grande fatigue et éventuellement une prise de poids.
=> Les traitements m’ont énormément fatiguée mais j’étais fière de réussir à faire mes injections seule ! Ce qui était aussi dur à gérer pour moi c’était de continuer à vivre et à travailler normalement tout en suivant les traitements.


Obstacle n°3 : les échecs
Les échecs répétés jouent sur le moral dont dépend aussi en partie la réussite à être enceinte. Un vrai cercle vicieux.
=> C’est le plus compliqué à gérer car autour de vous tout le monde vous dit de ne pas « y » penser, ce qui est impossible. Je pense que c’est normal d’avoir de la peine dans cette situation et qu’on ne peut pas la nier. Pour ma part, j’essayais de m’accorder de petits plaisirs, non pour oublier, mais juste pour me faire plaisir.


Obstacle n°4 : les conséquences sur le couple
Les examens, les traitements et les échecs mettent le couple à rude épreuve et peuvent sérieusement le déstabiliser.
=> Là aussi, c’est un gros enjeu. La clé, à mon avis, c’est la communication même si cela paraît trivial. Je trouve aussi que s’accorder une pause dans le traitement n’est pas un signe d’abandon. J’ai la chance d’avoir un mari extraordinaire qui m’a soutenue à chaque étape, en mettant de côté sa propre peine.


Obstacle n°5 : l’entourage ou le manque d’entourage
Pas facile d’exprimer sa souffrance liée au désir d‘enfant à son entourage qui n’a pas toujours les mots justes pour y répondre.
=> Mon expérience me dit qu’il vaut mieux rester entourés par ses amis et sa famille. En leur expliquant clairement la démarche d’aide médicale à la procréation, ils peuvent être des soutiens précieux même s’ils ne comprennent pas tout ce que vous vivez. S’isoler est une erreur que j’ai faite quand je souffrais de voir mes amies tomber enceintes les unes après les autres. Heureusement, je m’en suis rendu compte à temps et leur amitié m’a aidée à dépasser ma peine.

 
Après avoir franchi tous ces obstacles, mon mari et moi sommes de très heureux parents de jumeaux (c’est une éventualité à envisager quand on s’engage dans une PMA !). Nous n’oublierons pas ce parcours du combattant qui nous a mené jusqu’à eux mais le bonheur de les avoir avec nous compense largement les années de difficultés.




Cet article vous a été utile ? Réagissez en commentaire

autres sujets dans Grossesse - Adoption

Accouchement : quelles alternatives quand on ne peut pas avoir la péridurale ?
Accouchement : quelles alternatives quand on ne peut pas avoir la péridurale ?
Enceinte quels aliments est-il conseillé d’éviter ?
Enceinte quels aliments est-il conseillé d’éviter ?
Première rencontre avec mon enfant, les mamans racontent
Première rencontre avec mon enfant, les mamans racontent
Comment se passe le test de dépistage de la trisomie 21 ?
Comment se passe le test de dépistage de la trisomie 21 ?
Première rencontre avec mon enfant, les papas racontent
Première rencontre avec mon enfant, les papas racontent
Prévisualiser le site au
Conserver pendant ma navigation

Id Navigation